Contributeurs: Rosanna Mary, Vincent Bonhomme, Laura Auboyer

 français   Dernière modification le: 10/05/17 - Crée le: 10/05/17


La neuroscientifique et le fibroblaste

par Laura Auboyer

Vous êtes sur la version de travail d'un article en brouillon. Quand vous serez prêt.e.s, vous pouvez la proposer à la révision en apposant {{Révision?}} dans l'article.
Contributeurs : Laura Auboyer, Rosanna Mary, Vincent Bonhomme · Éditeur : Vincent Bonhomme (d · c · b)
Date création : 10 mai 2017 · Date révision : ?date_rev · Version révision : ?id_rev
Lien court : https://shakepeers.org?curid=1002


C’est l’histoire d’une petite cellule, d’un fibroblaste plus précisément, d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Depuis qu’elle est née, cette cellule n’a jamais vraiment eu le choix. On lui a toujours dicté ce qu’elle deviendrait et resterait toute sa vie : une cellule de peau. Pourtant, la petite cellule a toujours rêvé de réaliser de grandes choses et, notamment, pouvoir apporter ne serait-ce qu’une faible contribution aux neurones du cerveau, pour les aider à lutter contre la maladie. Sauf qu’elle, ni personne, ne pouvait rien faire dans cette position. Impossible d’atteindre le cerveau. Et surtout de s’intégrer pour les aider. Car les neurones, là haut, ont un peu pris la grosse tête et se croient supérieurs à tout le monde.

Dessin de cellules de peau (Fibroblastes)

C’est alors qu’un jour, elle vit l’annonce d’une neuroscientifique :

Projet : Favorisez votre reconversion professionnelle et aidez-nous à lutter contre la maladie d’Alzheimer !

Recrutons : cellules de peau !

Surexcitée de cette opportunité formidable, elle vint rencontrer la scientifique. Cette dernière lui tint à peu près ce langage :

«Alors voilà : notre agence est spécialisée dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer. Nous aimerions découvrir les causes de la maladie et explorer de nouvelles stratégies de traitement. Pour cela, nous avons besoin de collaboratrices de haut niveau. Le mieux, vous en conviendrez, serait-encore de travailler directement avec les neurones qui sont étroitement impliqués dans cette affaire. Mais, voilà tout le problème. Nous ne pouvons pas travailler avec eux, puisqu’ils nous sont, comment dire, inaccessibles... pas simple de faire sortir des neurones de leur cerveau.

Mais nous avons trouvé une solution ! Il existe une nouvelle technique, révolutionnaire je dois dire, appelée la reprogrammation [1]. Nous pourrons vous rajeunir jusqu’à un stade de pluripotence : vous redeviendrez une cellule souche, comme quand vous étiez bébé. C’est-à-dire que vous pourrez vous reconvertir dans n’importe quelle voie. De là, nous vous accompagnerons à chaque étape, pour vous reconvertir en neurone mature et fonctionnel. Tout le monde y gagne ! Grâce à vous, nous allons construire une nouvelle société de neurones, comme dans le cerveau. A terme, j’aurai besoin de près de 4 millions de neurones, alors ramenez vos copines ![2]

L'objectif de votre contrat sera de nous aider à réaliser quelques analyses au cours de votre transformation pour mieux comprendre la maladie. Car vous aussi portez les marques de la maladie en vous. Vous deviendrez alors de véritables sosies des neurones du cerveau, grâce à qui nous pourrons tenter d’élucider les causes de la maladie et proposer de nouveaux traitements.

Cette société de neurones révolutionnera l’Histoire… Et vous pourrez y contribuer ! »

Alors, vous signez ?

Pour aller plus loin

  1. Yamanaka, S. (2012). Induced pluripotent stem cells: past, present, and future. Cell Stem Cell 14;10(6):678-84.
  2. D'Avanzo C. et al. (2015). Alzheimer's in 3D culture: challenges and perspectives. Bioessays 37(10):1139-48.